« Un beau jour, le Ciel me tomba sur la tête. Mais j’assume ! »

Maréchal Benoît Marz de Cognac

Lettre au président Macron

ATTN/ Monsieur le Président de la République
AUX BONS SOINS DE / Mr Le Préfet de Gironde/Mr Le Procureur de la République.
DE /Benoît Marzio, (5, impasse des Mimosas,33380 Marcheprime).

LETTRE/ »3 idées africaines, à l’intention du Président »/ Monsieur Emmanuel Macron

Monsieur le Président de la République,

Ancien élève de l’Ecole Supérieure de Commerce d’Amiens-Picardie, j’ai travaillé 20 ans à l’étranger (Japon, Allemagne).

La France a bâti sa réputation internationale autour de la Révolution Française et des Droits de l’Homme de 1789.

Permettez moi, je vous en prie, de pouvoir contribuer, quoique très modestement, à votre action, déterminée, en vous soumettant ces 3 humbles idées « africaines » :

L’Afrique francophone comprend 400 millions de très pauvres (sur 750 dans le monde), mais peut potentiellement devenir « Les Etats-Unis d’Afrique ».

Sa démographie est dynamique, jeune, et reliée au monde par les technologies numériques.

Pour son développement, elle a besoin avant tout de :

SECURITE POUR L’AFRIQUE

  • GENDARMERIE AFRICAINE : 150 millions d’euros par an, 50 millions de gendarmes.
  • ZONE ZERO PETROLE : développer des zones -pilote «  Zéro Pétrole en Europe », c’est stopper :
    • le réchauffement climatique (100%)
    • les guerres autour de l’Afrique (70%)
    • beaucoup de corruption dans le monde (30% )

ECOLE DES CHEFS DE TRIBU

On ne peut s’en passer, car ils structurent la société africaine, mais on peut les former à la démocratie, disait l’un d’entre eux, le Roi Tribal et Président, Nelson Mandela.

Les chefs de tribus structurent aussi Davos et le Monde de la Finance, l’Arabie et le Monde du Pétrole.

Il s’agit de former le leader familial, de le faire élire au suffrage universel par l’ensemble des membres de sa tribu, régie par une charte, et un Conseil de Famille, qui alternera débats familiaux et fêtes familiales.

Former les chefs de tribus peut se faire dès le collège, jusqu’à l’Université et tout au long de la vie d’une femme ou d’un homme.

Former les chefs de tribu, leur offrir un statut, avec des droits et des obligations, c’est maîtriser les questions suivantes :

  • bon climat familial ;
  • respect et valorisation des volontés individuelles ;
  • stopper les violences intra-familiales (viols, meurtres) ;
  • faciliter l’intégration des plus marginaux, des plus originaux, des plus créatifs.

Et économiser 100 milliards d’euros par an en psychiatrie, arrêt-maladies, tout en baissant le taux de dépression de 20-25% à 5-10% (Norvège, Japon, Suède, Suisse).

Car le système bonapartiste parisien exige de compenser le déficit démocratique national par une démocratie locale forte (la famille).

Car c’est dans la tribu que se trouve 70% de la vie, de l’éducation, du bonheur et des emplois des gens.

De bons chefs, des débats sains, réguliers et régulés, pour une longue espérance de vie en bonne santé affective.

Voilà, Monsieur le Président, mes 3 propositions pour faire de notre passé colonial notre plus grande force.

Introduire nos valeurs communes, 1789 jusqu’au cœur de nos tribus francophones…

Dans cet espoir, je vous prie d’agréer, Monsieur Le Président de la République, mon immense reconnaissance, pour votre courage politique.

Fait à Marcheprime, (Nouvelle-Aquitaine), le 14/02/2020
Par : Benoît Marzio, né le 16/08/1963 à Fontainebleau (77).